banniere-Netexpo-20-ans-Jaminex

Menthe poivrée

Nom scientifique : Mentha x piperita
Noms communs : Menthe poivrée
Noms anglais : Mentha, mint

Classification botanique : famille des Lamiacées (Lamiaceae)

Habitat et origine : Selon la mythologie grecque, la nymphe Minthe se serait transformée en plante, ce qui renvoie à la préférence marquée de la menthe aquati que pour les lieux humides. Le latin mentha ainsi que le grec minthé dérivent d'une langue antérieure à l'indoeuropéen. Le nom de la sorte, piperita, vient du latin moderne piperitus, qui signifie «poivré». Diverses sortes de menthe comptaient parmi les herbes médicinales de la Chine ancienne. Les Japonais se servent du menthol comme remède depuis déjà 2000 ans.
Aujourd'hui, on trouve des cultures de menthe poivrée dans toutes les régions du globe à climat tempéré. Dans les Balkans, on la cultive à grande échelle. La menthe poivrée est très difficile en ce qui concerne l'emplacement où elle pousse. Elle a une prédilection pour les sols meubles et riches en humus et les endroits ensoleillés, jusqu'à une altitude d'environ 1000 mètres. Au bout de trois ans, sa teneur en principes actifs diminue nettement et il faut recourir à de nouveaux plants.

Principes actifs
 : L'huile essentielle représente 1,5% de la plante. Les composés les plus utilisés sont le menthol (entre 35 et 55% de celle-ci) et la menthone (10 à 40%).
La préparation de la menthe permet d'obtenir des flavonoïdes (lutéolme, menthoside), ainsi que des phénols et des triterpènes. La plante contient des enzymes (oxydase et peroxydase), de la vitamine C et des acides divers (caféique, chlorogénique, férulique, fumarique).

Parties utilisées : Feuille, sommité fleurie
Substances à surveiller (Arrêté Plantes 2014) : Eucalyptol, pulégone, menthofurane, carvacrol, coumarines
Restrictions (Arrêté Plantes 2014) : Aucunes