banniere-Netexpo-20-ans-Jaminex

Maté, Thé du Paraguay,

Nom scientifique : Ilex paraguariensis
Noms communs : Maté, Thé du Paraguay, Yerba maté, Thé de Saint-Barthélémy, Thé du Brésil, Thé des Jésuites
Noms anglais : Mate, Yerba mate

Classification botanique : famille des Aquifoliacées (Aquifoliaceae)

Habitat et origine : L'histoire de la consommation de feuilles de maté trouve sa source en Amérique du Sud, au Paraguay plus exactement. Les Indiens Guarani sont en effet les premiers à utiliser cette plante, prétendant qu'elle est de celles dont les dieux recommandent l'usage. Il faut attendre le XVIe siècle pour que le maté soit plus largement cultivé, à l'initiative de missionnaires jésuites qui, l'ayant découvert, ont été séduits par ses propriétés médicinales. Aujourd'hui, le maté est très consommé en Amérique du Sud, considéré ici et là comme une boisson nationale. Depuis le XIXe siècle, le maté a su également se faire une place dans les pharmacopées européennes.

Description botanique : Le maté provient d'un arbuste appartenant à la famille des aquifoliacées, qui peut atteindre une hauteur de 15 m et dont les feuilles sont destinées à la consommation une fois séchées. D'une forme que l'on qualifiera d'ovale, ces feuilles constituent la seule partie consommée de cette plante qui produit également de petites fleurs blanches ainsi que des baies de couleur rouge. S'il est très cultivé, le maté pousse également à l'état sauvage.
Principes actifs : Les feuilles de maté contiennent un taux de caféine non négligeable, 1% environ. Consommé infusé, le maté est donc légèrement moins fort en caféine que le café, mais plus que le thé. D'où ses propriétés stimulantes et son usage pour lutter contre la fatigue. Le maté est par ailleurs riche en vitamines A, B et C, en magnésium et en calcium.

Parties utilisées : Feuilles
Substances à surveiller (Arrêté Plantes 2014) : Caféine, théobromine, théophylline.
Restrictions (Arrêté Plantes 2014) : Aucunes