banniere-Netexpo-20-ans-Jaminex

Griffe du diable

Nom scientifique : Harpagophytum procumbens
Noms communs : Griffe du diable. Araignée des Bois.
Noms anglais : Devil's claw root

Classification botanique : famille des Pédaliacées (Pedaliaceae)

Habitat et origine : Dans sa région d’origine, le sud-ouest africain (Namibie et Afrique du Sud), la griffe-du-diable est utilisée depuis toujours par les peuples indigènes contre les troubles digestifs, la constipation, les maladies du sang, ainsi que comme fébrifuge, pour soulager les douleurs. En Europe, où elle aurait été introduite pour la première fois par O.H. Volk en 1953, la racine de griffe-du-diable a été utilisée surtout contre des maladies métaboliques. Les scientifiques constatèrent très vite qu’elle était particulièrement efficace lors d’arthrose. Dans les années 70, cette racine médicinale africaine a connu en Europe et en Suisse un engouement tel que l’offre n’a pas toujours pu satisfaire la demande. Depuis, cette plante médicinale a conquis une place durable en phytothérapie.

Description botanique : L'Harpagophytum procumbens est une plante herbacée vivace, rampante, dont les jeunes pousses démarrent aux premières pluies. Les feuilles alternes portent à leur aisclle une fleur rouge violacée. Le fruit armé de griffes est caractéristique. La racine plonge verticalement, jusqu'à un mètre, dans le sol. Elle est pourvue d'un large réseau de racines secondaires qui se dispersent dans une circonférence de 1.50 m de diamètre, autour de la plante. Les racines secondaires constituent la partie active de la plante.

Principes actifs : Parmi l'ensemble des composants d'Harpagophytum, ceux qui sont à l'origine de son activité, sont les hétérosides monoterpéniques d'iridoïdes qui peuvent représenter jusqu'à 3% du poids de la racine sèche: harpagoside, harpagide et procumbine. Leur hydrolyse aboutit à la formation de génines qui semblent inhiber la synthèse des prostaglandines, ce qui pourrait expliquer leur activité biologique.

Parties utilisées : Organes souterrains
Substances à surveiller (Arrêté Plantes 2014) : Iridoïdes
Restrictions (Arrêté Plantes 2014) : Aucunes