banniere-Netexpo-20-ans-Jaminex

Ginseng, Mandragore coréenne

Nom scientifique : Panax ginseng
Noms communs : Ginseng, Mandragore coréenne
Noms anglais : Ginseng , Panax schinseng , Korean ginseng

Classification botanique : famille des Araliacées (Araliaceae)

Habitat et origine : Les premiers usages du ginseng, comme médication naturelle, remontent à plus de 4 000 ans avant notre ère. A l'origine, en Chine et en Corée du nord, les grands seigneurs féodaux, les empereurs et leurs gardes profitaient de ses bienfaits thérapeutiques. Dans la médecine traditionnelle chinoise, le ginseng est réputé pour guérir tous les maux, fortifier l'organisme et l'aider à se prémunir contre toutes formes d'affection. Il n'a, toutefois, trouvé le succès dans les pays occidentaux qu'à partir du XVIIIe siècle, où il est utilisé comme aphrodisiaque, fortifiant et stimulant nerveux.
Sa Monographie est détaillée selon l’EMA.

Parties utilisées : Racine, feuille, fruit
Principes actifs : Ginsénosides et saponine
Les riches principes actifs du ginseng en font une plante aux multiples vertus thérapeutiques. Ses racines renferment des ginsénosides (appelés aussi panaxosides), des hétérosides de triterpènes tétracycliques, des protopanaxadiol saponosides, de l'huile essentielle à monoterpènes, des acides gras, des polysaccharides ainsi que des stérols. Selon la médecine traditionnelle chinoise, le Panax ginseng CA Meyer est considéré comme un tonique général et, à ce titre, il est très largement prescrit par les autorités médicales. Selon l'usage traditionnel coréen, une consommation régulière et à long terme, sur plusieurs années, de ginseng a de très nombreux effets bénéfiques pour la santé. En particulier, il réduirait le risque d'apparition d'un cancer, il faciliterait le fonctionnement de l'estomac et réduirait le risque de développer un ulcère, il protégerait le foie des dommages causés par l'alcool, il restaurerait les globules rouges et les plaquettes d'un sujet ayant été exposé à des radiations électromagnétiques, il ralentirait la prolifération du virus du SIDA.

Substances à surveiller (Arrêté Plantes 2014) : Aucunes
Restrictions (Arrêté Plantes 2014) : Aucunes