banniere-Netexpo-20-ans-Jaminex

Genévrier

Nom scientifique : Juniperus communis

Noms communs : genévrier, genévrier commun, genièvre, genévrier cade, genévrier oxycèdre, genévrier rampant, peteron, pétrot, pétron, péket, ginibre, thériaque des paysans

Nom anglais : common juniper

Classification botanique : famille des cupressacées (Cupressaceae )

Habitat et origine : Le genévrier est un arbuste originaire d'Europe, du nord de l'Asie, d'Afrique du Nord et d'Amérique du Nord. Ce petit arbre épineux de la famille des cyprès dont les baies (en fait, les pseudo fruits) mettent trois ans à mûrir, passant du vert clair au noir.

C'est un végétal dressé mais à port très variable : allant de celui d’un buisson touffu étalé et irrégulier à celui d’un arbuste élancé de quelques mètres à port conique.

Il exige beaucoup de lumière mais il est indifférent à la nature du sol : calcaire ou siliceux, sec ou humide. Cette particularité jointe au fait qu’il est extrêmement résistant au froid et à la sécheresse explique sa vaste répartition en latitude et altitude.

Ses propriétés culinaires et médicinales étaient connues depuis l’antiquité. Avant cette époque, nos ancêtres avaient l’habitude d’enterrer les morts avec de la nourriture et des breuvages, dont des baies de genévrier. Sous l’empire Romain, les baies séchées de genévrier remplaçaient les grains de poivre, trop rares et trop chers.

Au Moyen Age, les baies de genévrier étaient utilisées comme antiseptique, contre les rhumatismes et les troubles urinaires. En Ecosse, les blessures des combattants étaient soignées avec du Gin, équivalent du genièvre. Au 18éme Siècle, les baies de genévrier faisaient partie de la liste des médicaments à tenir à disposition dans les hôpitaux du Roi de France. Jusqu’au milieu du 19ème siècle, des rameaux de genévrier étaient brulés sur les places publiques et dans les hôpitaux pour combattre les épidémies.