banniere-Netexpo-20-ans-Jaminex

Canneberge des marais

Nom scientifique : Vaccinium oxycoccos
Noms communs : Canneberge des marais, Airelle canneberge, Canneberge d'Europe
Noms anglais : Cranberry

Classification botanique : famille des Ericacées (Ericaceae)

Habitat et origine : L'utilisation médicinale et culinaire des baies de canneberge débute chez les Amérindiens, qui nommaient la plante atoka. Elles étaient incorporées à de nombreux plats, au point de faire partie de la nourriture de base de cette population. En parallèle, les Amérindiens employaient la canneberge à des fins thérapeutiques, comme poudre désinfectante et cicatrisante. Ils avaient aussi découvert ses propriétés désinfectantes des voies urinaires.
Les Européens découvrirent les baies de cranberry lors de leur arrivée aux Amériques. Durant les grandes découvertes, la canneberge, riche en vitamine C, fut utilisée pour lutter contre le scorbut, à bord des navires qui traversaient l'Atlantique. Dès le XIXe siècle, des botanistes anglais et américains se lancèrent dans la culture de la canneberge. A partir de 1920, aux Etats-Unis, elle fut prescrite par les médecins, pour lutter contre les infections urinaires.

Parties utilisées : Fruit, feuille.

Principes actifs : Outre des glucides simples (glucose, fructose, saccharose, et D-mannose) et une série d'acides (benzoïque, citrique, malique, quinique, phénolique, hydroxycinnamique, organique), la canneberge contient de la vitamine C, des anthocyanosides, des flavonoïdes ainsi que de nombreux tanins (proanthocyanidols, épicatéchols et polymères, dont différentes formes d'épicatéchine).
La canneberge permet de prévenir assez efficacement les cystites chez les femmes prédisposées à ce type d'infections. L'intérêt est de limiter la prise d'antibiotiques et d'espacer les crises. On l'emploie aussi pour soigner les infections des voies urinaires, pour lesquelles son action est cependant moins reconnue. Comme de nombreux fruits rouges et petits fruits, la canneberge contribuerait au bon fonctionnement du système cardio-vasculaire.
Substances à surveiller (Arrêté Plantes 2014) : Aucunes
Restrictions (Arrêté Plantes 2014) : Aucunes